L’Armée du Salut et l’intimidation

by SalvationArmy.ca
Categories: Articles, Feature
Share:

Saviez-vous que plus d’un million d’enfants canadiens sont victimes d’intimidation au moins une fois par semaine?

Ce fléau est un réel problème pour les jeunes. Le 24 février, dans le cadre de la journée du chandail rose, vous êtes invités à porter un chandail rose pour signifier que l’intimidation n’a pas sa place dans notre société.

Partout au pays, l’Armée du Salut offre des programmes utiles, comme le Képi rouge, pour guider les jeunes dans la bonne direction. Ce programme de gestion de la colère, qui s’adresse aux enfants de huit à douze ans, leur apprend comment désamorcer la tension et maîtriser leurs émotions dans des situations frustrantes.

« Le programme Képi rouge, dont chaque séance dure 90 minutes, est offert pendant la pause du dîner ou dans le cadre d’un club parascolaire », dit Valerie Pavey, conseillère en matière de ministère auprès des enfants. « Le programme, qui s’étale sur une période de huit à dix semaines, cible les éléments déclencheurs de la colère et traite les émotions de manière positive. »

Le poste de l’Armée du Salut de Newmarket, en Ontario, propose ce programme. Sandra Reid, travailleuse auprès des jeunes de la collectivité, a constaté qu’il y a un manque criant de projets qui s’attaquent à l’intimidation.

« Lorsque les enfants nous expliquent pourquoi ils sont en colère, l’intimidation en est souvent la cause. En plus d’enseigner aux victimes comment gérer et comprendre leurs émotions, le programme Képi rouge jette la lumière sur un grand nombre de situations que les jeunes ne reconnaissent pas comme de l’intimidation, comme exclure les autres ou colporter des rumeurs », explique Sandra.

Selon les parents et les enseignants, ce programme fait une différence et la réaction des enfants est positive.

« Les enfants ne perturbent plus autant la classe ou la récréation », ajoute Sandra. « Ils partagent les stratégies qu’ils ont apprises avec leurs parents, leurs amis et leurs frères et sœurs qui, à leur tour, maîtrisent mieux leur colère. Voilà une belle réussite. »