Dépendance et délivrance

by The Salvation Army in Canada
Categories: Articles, Feature, Newswire
Share:

La toxicomanie des parents de Matt est l’une des principales raisons qui expliquent pourquoi ce dernier a décidé de quitter le foyer familial à l’âge de 16 ans. Il est ensuite lui-même entré dans un cycle de dépendance et d’itinérance qui a duré plus d’une décennie.

« Notre famille était dysfonctionnelle et elle s’est effondrée, mentionne Matt. Voilà les conséquences de la consommation de drogues et d’alcool. »

Matt est parti de la résidence familiale pour fuir le chaos et le désordre qui y régnait. Il a dû apprendre à vivre par ses propres moyens, mais il n’a pas fallu beaucoup de temps avant que certaines connaissances l’initient aux drogues dures. « Je souhaitais échapper au stress et que les autres m’acceptent, précise Matt. À partir de ce moment-là, ma vie s’est écroulée. »

Très vite, Matt a commencé à dépenser 100 $ par jour pour sa consommation de drogues. Il a tout vendu, a volé ses amis et s’est mis à vendre de la drogue. « J’étais prêt à tout pour me droguer, indique Matt. Je dormais dans des fossés, des bennes à ordures et dans la rue; tout ça à cause de la drogue. »

La santé mentale de Matt s’est gravement détériorée, sa peau a commencé à peler et il s’est mis à souffrir de crises de panique et de tremblements. C’est donc en piteux état que Matt est allé demander de l’aide à l’Armée du Salut, à Fort Frances (Ontario).

L’Armée du Salut est présente à Fort Frances depuis 1914. Grâce aux services d’aide à la famille, à la banque alimentaire et au magasin d’occasions gérés par l’Armée du Salut, de nouvelles histoires inspirantes émergent au sein de cette collectivité.

« Je faisais pitié l’an dernier, témoigne Matt. Un officier de l’Armée du Salut m’a dit qu’il m’aiderait à me sevrer et me fournirait de la nourriture, des vêtements et un toit. Pour la première fois depuis de nombreuses années, j’entrevoyais un peu d’espoir et je ne me sentais pas honteux ou isolé. »

Avec l’aide de l’Armée du Salut, Matt a amélioré son état de santé, a renoué avec la sobriété et mène maintenant une vie épanouie. Il s’occupe aujourd’hui de l’entretien de terrains et, dans ses temps libres, il assure bénévolement l’entretien de l’immeuble de la banque alimentaire, en plus de garnir les tablettes de celle-ci.

« Sans les gens de l’Armée du Salut, je ne suis pas certain que je serais encore en vie aujourd’hui, relate Matt. Ils m’ont aidé à reprendre confiance en moi et j’ai le sentiment de faire partie d’une famille. J’ai un toit et un emploi, et je me sens bien et en sécurité. C’est ce qui se passe lorsqu’on se tient loin de la drogue. »