Grâce à un partenariat, l’Armée du Salut offre des services d’hébergement à des vétérans sans abri

A homeless vet holding a sign that asks for help and hot coffe
by SalvationArmy.ca
Categories: Articles, Blog, Feature, Mobile, Newswire
Share:

Dans un pays aussi développé que le Canada, il est difficile de croire que 2 250 vétérans seront sans abri le jour du Souvenir.

Afin d’aborder la question de l’itinérance chez les vétérans, le Centre of Hope de l’Armée du Salut à Halifax, en partenariat avec VETS Canada (Veterans Emergency Transition Services), offrira des services d’hébergement de transition et de soutien.

« Le retour à la vie civile peut être très difficile pour une personne qui a subi un traumatisme et traversé des crises, déclare Rebekah Brounstein, coordonnatrice des services d’hébergement. Notre rôle premier est d’offrir un refuge et de l’aide 24 heures sur 24. Nous procurons également à nos clients de la nourriture, des vêtements et un accès à des soins de santé de base, et les aidons à trouver un logement stable et abordable. »

Homeless vet

Homeless vet

Ce projet-pilote, le premier de la sorte dans le Canada atlantique, met à la disposition des vétérans sans abri qui ont servi dans les Forces canadiennes et la GRC, deux unités d’habitation à court terme. L’Armée du Salut, de concert avec VETS Canada, prodigue également des soins holistiques axés sur les besoins affectifs et spirituels des résidents.

Conçu sur le modèle du programme Logement d’abord, le projet préconise une approche transformationnelle. L’objectif consiste à héberger rapidement les clients et à les aiguiller vers des ressources communautaires qui se chargeront de leur trouver un logement stable.

« L’Armée du Salut est fière de travailler avec VETS Canada à offrir aux vétérans des services d’hébergement de transition, dit le major Vaden Vincent, directeur général du Centre of Hope. Ensemble, nous fournissons des services essentiels à des personnes vulnérables de notre collectivité. »

« Les vétérans ont lutté pour préserver nos libertés, dit Rebekah Brounstein. C’est la moindre des choses que nous pouvons faire pour eux. »